FR / EN

Fabrice Ausset - Scénographie

Fabrice Ausset

Architecte d'intérieur, designer

Directeur artistique, scénographie de la foire Art Elysées


Côté Design, la foire Art Élysées met en avant le design contemporain, avec le décorateur designer Fabrice Ausset qui sublimera les entrées des pavillons à travers une scénographie qui nous invite à découvrir son univers poétique, fantasque et magique. Il puise ses multiples références dans différentes périodes, sur divers continents, dans diverses formes d’art.Collectionneur éclairé, Fabrice Ausset est une infatigable tête chercheuse. Il déniche les pièces les plus incroyables et rares.



" Investir la matière, imiter la nature et convertir la technologie en magie "







PAVILLON ET MICRO-ARCHITECTURES

Pour Fabrice Ausset, la collection est un objet à part entière. Il est pour lui tout-à-fait naturel de passer de l’écrin aux joyaux dans la mesure où tout n’est qu’univers fi ni, par lequel on crée une passerelle vers autre chose. Et de cette double fascination contradictoire pour l’objet unique et la collection,

émerge une obsession : la microarchitecture. Le pavillon entre oeuvre d’art, objet de design et pièce architecturale.

C’est toute l’histoire de son Studiolo, né en 2016 pour AD Collections. Ses parois en tissu de métal en font une tente. Sa savante composition de trésors en font un nid de pie ou l’abri des quarante voleurs, ses volumes organiques, son jeu d’ombres et de volumes en font tour à tour une certaine caverne platonicienne et le terrier de lapin qui emmène Alice vers son pays des merveilles. Les lucioles ne sont pas loin et on se met à rêver à l’extérieur, à ce monde à réinventer où le tissu est structure, où la lumière est encadrée, où les angles droits sont bannis et où les grottes sont mobiles. Soyons au moins nomades dans nos rêves!

SCULPTURE HABITÉE

La grotte n’a aucune existence si ce n’est en négatif. Son volume et la beauté de ses détails s’imposent en creux dans la roche. Il en va de même pour la sculpture. Sculpter veut très matériellement dire enlever de la glaise ou de la pierre au bloc pour en faire un objet façonné. L’action de soustraire permet de rajouter une âme, un souffle, quelque chose. Fabrice Ausset crée des « sculptures habitées », il parle aussi de « coquille creuse de lumière » parce qu’il a l’ambition de façonner ces interstices, ces vides et ces silences.

Cette ambition, presque japonaise dans l’esprit, ne peut se faire sans ce fameux recours à l’attention, si chère à Fabrice Ausset. Une attention-captation, une attention-scanner, une analyse poussée des personnes et des choses, des usages et des rêveries.

Fabrice Ausset cadre la lumière naturelle pour créer des tableaux, des points de vue construits, des natures mortes dynamiques, changeantes au fi l des saisons et des heures du jour. Il assoit respectueusement les oeuvres d’art pour en faire des tremplins vers une autre réalité et et crée ses espaces de vies et de circulation, ces vides si fertiles à l’imagination. Car ce vide est terriblement plein. C’est lui qui rend possibles les respirations, les vibrations. Et de ce vide naît la lumière. Qui elle même engendre un regard nouveau sur les volumes et les couleurs. Dans ces espaces ergonomiques et ludiques décomposés en espace d’attente active, tables interactives, salons conseils, salles des marchés, aires de jeux pour enfants, aires de détente et d’exposition, le choix s’est porté sur des matières contemporaines, comme le corian, le bois laqué anthracite ou encore l’inox poli miroir.

Pour Fabrice Ausset , lumière et couleurs s’apparentent à la musique, tant leur réception est culturelle et s’affi ne avec l’expérience. Il propose un bouleversement des repères et des cases, ce bouleversement qui permet à la grande gastronomie de faire coexister salé et sucré, croquant et moelleux. Il propose une superposition des strates de signifi cation à la fois savante, complexe et chargée de sens.


PRESSENTIMENT D’UN SENS

Fabrice Ausset est très sensible à l’air du temps, et notre époque a ceci d’unique qu’elle assiste aux derniers frémissements de l’artisanat le plus poussé, et à la naissance d’une technologie qui est sur le point de rendre la fabrication humaine obsolète. La technologie permet un recours à l’aléatoire, elle permet de penser les mêmes formes instables que la nature. Il cherche une réponse à la volonté du collectionneur de s’entourer d’histoires. Il cherche une façon de rendre la technologie magique. Ses formes sont de nouveaux rites, ses lieux, de nouvelles huttes de sorcières, et ses atmosphères, si précautionneusement sculptées, des appels à la rêverie. Le décor devient langage. L’ensemble Silverwing (banquette, fauteuil, ottoman) permet d’arriver à la perfection du cercle. Le paravent Deep Bark, est sur l’une de ses faces, la représentation stylisée de l’écorce d’un arbre, et sur l’autre un miroir qui permet en le refermant de se fi gurer l’infi ni. Là encore, il s’agit d’une simple surface, d’une enveloppe, mais elle représente l’intention du créateur de suggérer des profondeurs insoupçonnées.



Galerie Studiolo
19 rue du Sentier 
75002 Paris - France

contact@magicdesignlab.com
www.fabriceausset.net
@fabrice.ausset
@galeriestudiolo